bojangles

My God ! Déjà presque la fin de l’été et Leshakili préfère se faire bronzer le ventre  au soleil plutôt que de venir vous parler de ses lectures ! (En fait, il ne se prélasse pas du tout au soleil, vous pensez bien qu’avec tous ses poils il préfère roupiller tranquilou à l’ombre d’un buisson !)

Avec ce roman, nous faisons connaissance d’une famille complètement loufoque . Le narrateur de l’histoire est un petit garçon qui est le témoin de l’amour fou que ses parents se portent l’un à l’autre.Chez eux, tout est amusement, rire, fêtes et cocktails. ( Une vie que l’on aimerait tous mener, quoi !)

Le père choisit un prénom différent tous les jours pour sa femme, leur animal de compagnie est un grand oiseau rapporté de Namibie qui déambule dans l’appartement, parfois affublé d’un collier de perles  et le petit garçon manque régulièrement l’école . Leur vie semble donc n’être qu’un tourbillon de plaisirs rythmée par la chanson de Nina Simone  « Mr Bojangles », sur laquelle les parents adorent danser .

Mais bientôt les excentricités de la mère du narrateur prennent un tour tragique . Le diagnostic tombe et elle doit être internée …

Je ne vous en dirait bien évidemment pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture .

J’ai bien aimé ce roman qui se lit vraiment très vite et m’a fait penser, par certains aspects, à L’écume des jours de Boris Vian .

L’intrigue est originale et on sent poindre le drame ce qui fait que l’on a du mal à lâcher le livre .

En attendant Bojangles semble avoir eu beaucoup de succès à la fois auprès des lecteurs et des libraires et c’est, à mon humble avis, tout à fait justifié !

En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut – 158 p.

 

Publicités