curiosité

Et voici donc le deuxième opus des aventures de Lizzie Martin, l’héroine des romans policiers d’Ann Granger .

Nous quittons Londres pour la New Forest où Lizzie doit servir de dame de compagnie pour la très jeune Lucy Craven,dont le nouveau-né est décédé peut de temps après la naissance . La jeune mère étant soupçonnée d’avoir perdu la raison suite à cet évènement tragique, Lizzie découvre très vite que l’homme qui fait le trajet avec elle est un aliéniste chargé en fait d’évaluer l’état de santé de la jeune Lucy . Celle-ci clame en effet que l’enfant mort n’est pas le sien .

Peu de temps après l’arrivée de Lizzie, l’attrapeur de rats du village est retrouvé assassiné dans le jardin de la demeure où réside Lucy et ses tantes . Tout concorde pour faire de Lucy Craven la parfaite suspecte de ce meurtre …

J’ai retrouvé avec plaisir l’époque victorienne campée par Ann Granger . Je trouve d’ailleurs que l’intérêt sociologique de ses romans l’emporte sur l’intrigue policière puisque l’auteur du meurtre et son mobile sont faciles à deviner .En effet, si le livre se lit aisément, avec une alternance des points de vue intéressante sur la même histoire, j’avoue que ce qui me plaît particulièrement c’est l’évocation de cette période de l’histoire anglaise . Les débuts de la psychanalyse,les infirmières qui commencent à faire leur apparition dans les hôpitaux, le triste sort des enfants abandonnés et confiés à des « workhouses »  : tout ceci est vraiment très bien décrit dans ce roman . J’ai en particulier vraiment aimé le passage à la fin qui se déroule dans les bas-fonds Whitechapel .

Les livres de cette auteure représentent donc pour moi une petite parenthèse « so British » entre deux autres romans plus contemporains et c’est un plaisir de savoir que je pourrais ultérieurement retrouver cette ambiance puisque les aventures de Lizzie Martin comportent plusieurs tomes .

La curiosité est un péché mortel – Ann Granger ( lu en V.O. sur ma liseuse) 🙂 🙂  🙂

Publicités